Venez incarner un maître possédant un neko, ou un neko au service de son maître, sur l'île des Tanuki !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vous comptez vous occuper de moi? [PV: Jasson S. Marne]

Aller en bas 
AuteurMessage
Misaki Kurokawa

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/07/2013

MessageSujet: Vous comptez vous occuper de moi? [PV: Jasson S. Marne]   Mar 9 Juil - 22:55

Misaki était au comble de l’extase lorsqu’elle signa les derniers formulaires attestant qu’elle était l’unique propriétaire de la maison familiale. Elle voyait déjà en grand ce qu’elle allait pouvoir comploter entre ces quatre murs et ce n’était pas l’imagination qui manquait. Déjà, il fallait prévoir un petit coin pour un éventuel hybride… Puis reprendre la décoration à partir de zéro. C’était pas terrible, surtout en sachant que la majorité des cadres, meubles et tapisseries semblaient avoir été choisies par sa grand-mère. Ou bien ça avait toujours été là. Enfin, ce n’était pas important.

Ce matin la nuit avait été agréablement longue. Misaki avait fait la grasse matinée et, comme à son habitude, elle ne tarda pas à gagner son ordinateur à la recherche d’éléments qu’elle pourrait joindre à son nouvel environnement. Dans un même temps, un bruit attira son attention au bas de la page; semble-t-il qu’elle avait reçu un nouveau message. Misaki s’attendait à trouver la réponse d’une demande qu’elle avait envoyé quelques jours plus tôt sur un site d’achats. C’était tout autre visiblement; même le destinataire était inconnu…

Il s’agissait d’un message en provenance de l’hôpital de l’île. Misaki ouvrit la fenêtre en s’imaginant trouver des renseignements généraux (le genre de chaîne de lettre qui se propage rapidement), mais en voyant que la lettre y était clairement adressée, elle y prêta une attention plus sérieuse.
Ainsi donc, la jeune femme était conviée à se présenter à un rendez-vous médical en prévention d’une épidémie qui courait déjà. Vaccin et auscultation étaient au menu. Tout pour faire tomber l’ambiance quoi... Même que sur le coup, Misaki songea à ne simplement pas retourner de réponse. Mais après coup, si l’on prenait la peine de la prévenir chez elle directement, c’était peut-être une épidémie plus importante qu’elle ne l’avait imaginé. Elle médita quelques minutes, puis répondit positivement (après tout elle pourrait tirer les informations nécessaires et même refuser une fois sur place, on allait quand même pas la forcer pieds et poings liés). Joignant à sa réponse les informations la concernant (elle y allait globalement), donc qu’elle était de sang A-, âgée de 19 ans, pas enceinte et qu’elle n’avait pas de problèmes de santé connus. Misaki s'arrêta-là, se disant qu’elle pourrait simplement répondre aux questions une fois sur place. Et puis qui dit que sa réponse ne serait pas connue de plusieurs? Le reste allait donc rester secret.

Elle se présenta un peu à l’avance de l’heure donnée. Ce qui était assez exceptionnel, puisqu’elle s’était perdue trois fois avant d’arriver à destination. Elle portait donc ce qu’elle avait déjà sur le dos en lisant le message, soit un chemisier rouge écarlate, une jupe à volants noire courte, des gants en dentelle de même couleur et des sandales assorties.

La demoiselle entra finalement dans l’hôpital et se fit accueillir par la jolie secrétaire. Elles parlèrent un peu, puis celle-ci lui demanda d’attendre dans la salle prévue à cet effet. On allait lui faire signe lorsque ce serait son tour.

Misaki s’installa et commença à regarder autour d’elle, s’ennuyant à compter les minutes. Elle déroula une copie imprimée de son message pour relire son contenu, en même temps que le nom y figurant; le Docteur Jasson Marne… Zut. Si au moins il s’agissait d’une belle infirmière! En espérant qu'il soit mignon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasson S. Marne

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 32
Localisation : Dans mon bureau

MessageSujet: Re: Vous comptez vous occuper de moi? [PV: Jasson S. Marne]   Mer 10 Juil - 14:42

8:12 : Jasson arrive enfin dans l’hôpital comme si de rien n'était. Bien évidement, la rencontre avec son directeur ne manque pas d'arriver et ce dernier lui passe un nouveau savon pour ce retard volontaire. On peut dire que c'est l'amour vache entre ces deux adultes, car même si le directeur s'arrache le peu de cheveux qui lui reste sur le caillou à chaque fois que Jasson vient faire une nouvelle folie en terme médicale ou personnelle, le directeur peut compter sur les compétence du médecin français pour embellir la réputation de l’hôpital, bien que cet homme soit un incontrôlable emmerdeur. Néanmoins, la raison de sa colère est tout autre qu'un simple retard, étant donné que durant le week-end, une épidémie virulente est arrivé sur l'île et a rendu une partie de la population fortement tendue. Le directeur à lancé une alerte demandant à chaque habitant de l'île de venir se faire vacciner au plus vite. Jasson roule des yeux en entendant le mot épidémie sortir de la bouche du directeur et voit d'ici les dégâts que cela va causer. Les gens paniqueront pour le moindre soucis de santé, déjà que beaucoup d'entre eux n'ont pas inventé le fil a coupé le beurre, d'autre ont encore moins inventé l'eau chaude. Il vient, alors que l’ascenseur se ferme, annoncer qu'il va s'enfermer dans son bureau et attendre que la journée passe.

Il ne veut pas participer a ce genre de chose. Non pas qu'il trouve cela inutile, mais c'est un certain contact avec les patients qui l'énerve. Il reconnait que tout le monde n'a pas fait médecine et que tout le monde n'est pas forcement des êtres capables de pondre E=MC² les doigts dans le nez, ils peuvent bien reconnaître la différence entre un rhume et un cancer du poumon quand ils ont le nez qui coule. Les quelques secondes qu'ils passent dans l’ascenseur suffisent pour que le médecin se souviennent de ce que l'on peut nommer un vrai bêtisier médicale. Mais ses meilleurs rappel reste toutefois la stupidité des gens a s'enfoncer des objets dans le rectum. Certain soft, d'autre vraiment improbable, et souvent des insolites. Encore heureux, il n'en a pas encore eux des cas avec les hybrides, qui semblent bien plus sage que leurs maîtres et moins disposé à la bêtise. Mais il doute que cela ne serait tarder, mais imagine d'avantage que l'objet sera introduit par le propriétaire.

L'ascenseur s'ouvre a son étage. Son bureau, mélangé à une salle d’examen privé, est un sanctuaire que peu de ses confrère aiment s'aventurer. Déjà parce que ce bureau ressemble plus à une salle de repos que de travail. Jasson s'avance, s'appuyant que sa canne afin d'améliorer sa marche et éviter d'avoir trop mal et de commencer la journée à vider son flacon de Vicodine. Il touche d'ailleurs la poche de sa veste bleu-nuit pour vérifier que le flacon se trouve bien à leur place. Il est habillé, comme toujours, d'une tenue chic et taillé à sa corpulence, bien qu'il ne porte jamais la tenue obligatoire des médecins. Mais alors qu'il prend les clés de son lieux de travail, il aperçoit une femme de belle apparence attendre sur le siège devant son bureau. Il s'avance vers elle en silence et la regarde.

-"Laissez moi deviner... Vous êtes là pour le poste de secrétaire médicale ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Kurokawa

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/07/2013

MessageSujet: Re: Vous comptez vous occuper de moi? [PV: Jasson S. Marne]   Mer 10 Juil - 17:16

L’attente devenait lentement interminable. Misaki n’avait rien apporté pour se distraire et, d’un autre côté, pratiquement personne ne s’était présenté dans la salle d’attente. À croire qu’elle était la seule à avoir reçu ce message d’épidémie! Ça n’avait pas intérêt, non plus… Sans doute que les habitants étaient accoutumés à ce genre de choses et ne paniquaient pas à la première alerte de virus. Ça pouvait aussi se comprendre, mais comme Misaki n’en avait pas appris d’avantage… Enfin qu’importe. La seule chose à comprendre était qu’elle avait sauté sur l’occasion pour sortir après s’être encabanée des jours entiers pour refaire la maison. Et puis elle avait retourné sa réponse comme devrait le faire un bon citoyen prévenant. Non vraiment, il n’y avait rien à lui reprocher.

À cet instant, Misaki faisait face à une porte et patientait entre deux chaises vides. Des gens allaient et venaient. Aussi attarda-t-elle un regard sur chacun d’eux sans savoir s’il allait la remarquer ou même l’appeler. Elle pouvait compter sur une seule main le nombre de personnes qui ont passé. C’était très tranquille comme endroit. À croire que la secrétaire l’avait dirigée sur le mauvais étage au mauvais endroit. D’ailleurs à bien y penser, la salle d’attente était bien petite… Elle donnait directement sur le couloir…

Un bruit retint l’attention de Misaki, qui tourna légèrement la tête en direction de ce qui lui semblait être l’ascenseur. Un homme venait d’en sortir, une canne à la main. La jeune femme le détailla silencieusement. En effet il semblait avoir un peu de mal avec l’une de ses jambes… Elle aurait peut-être songé à un patient s’il n’avait pas eu cette allure soignée et une tenue aussi chic. Mais alors qu’elle réfléchissait sur son compte et qu'elle s'attardait sur son visage, ce dernier s’arrêta devant elle et l’interpella, pariant qu’elle était venue se présenter pour le poste de secrétaire médicale. Un sourire complaisant naquit sur les lèvres de la jeune fille (qui avait désormais la certitude de ne pas être tombée au bon endroit).

- Vous avez tout faux cher... Elle sortit la copie qu’elle avait dans sa poche et la lui tendit rapidement, je suis venue pour cette histoire d’épidémie. Mais je crois ne pas être au bon endroit pour ça… Elle consulta à nouveau la feuille en même temps de parler, on m’a référée au Docteur Jasson…

Misaki s’interrompit alors après avoir levé les yeux sur la petite affichette sur la porte d’en face. Elle n’avait pas remarqué plus tôt, mais elle se trouvait justement en face de son bureau. Un léger soupir tranquille traversa ses lèvres, puis Misaki rangea la copie avec un sourire.

- Seriez-vous la personne que je cherche par hasard?

Enfin qu’importe qu’il soit celui qu’elle cherchait ou pas. Elle savait désormais qu’elle était au bon endroit et qu’elle n’attendait pas pour des prunes. Dans l’attente d’une réponse positive, Misaki se leva et se posta non-loin de la porte, toujours souriante vis-à-vis son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasson S. Marne

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 32
Localisation : Dans mon bureau

MessageSujet: Re: Vous comptez vous occuper de moi? [PV: Jasson S. Marne]   Mer 10 Juil - 23:39

Peu importe vraiment la raison de la présence de la demoiselle en ces lieux pour Jasson alors qu'il la voit réagir à sa réplique, il sait parfaitement qu'il va regretter la réponse qu'elle va lui présenter. La demoiselle est très joliment vêtue, mais pas pour faire une demande d'embauche, sauf si elle compte séduire son employeur avec ses atouts. Et bien qu'il puisse effectivement embaucher la demoiselle de son choix, ce n'est pas à lui que revient l'acceptation de la candidature. Seulement, il doute clairement que ce soit la raison de sa venue et que cela est plus en lien avec l'épidémie que son patron lui a causé il y a quelques minutes. Il regarde tout autour d'elle et de la posture dont elle se trouve depuis son arrivé et la manière dont elle s'est redressée quand il est venue la voir, comme si elle attendait la personne dont le nom est marqué en lettres noires sur la porte. Manque de chance, cette personne, c'est lui et il ne peut pas faire comme s'il s'était trompé d'étage ou de lieu, surtout en ayant commencé la discussion avec elle.

Elle vient alors lui répondre de manière négative, le sourire aux lèvres, avant de lui fournir un papier. Il s'agit d'une convocation, convocation que le médecin lit avec attention et rapidité avant d'en comprendre le contenue. Il garde un visage neutre, bien que légèrement surpris de voir son nom marqué sur le papier, vu que ce genre d'action médical ne peuvent être confié à des médecins spécifiques, vu que les vaccins sont administrés par les infirmières. Il a avant tout pensé à une mauvaise direction de la demoiselle concernant le lieu de prise de rendez vous, mais a voir la manière dont la convocation est tournée, il est clairement explicite qu'elle devait attendre ici afin de se faire soigner. Sans doute cet e-mail lui à été donné afin de faire un peu travailler le médecin pour aider à enrayer l'épidémie, même si ce n'est qu'avec une seule personne. La demoiselle vient ranger le papier, lui demandant avec amabilité s'il est bien le médecin désigné. En la voyant se diriger vers la porte de son bureau, il soupir et se tourne en la regardant, parlant sur un ton sarcastique.

-"Je pourrais dire que je suis l'homme de ménage, mais cela serait faire insulte à votre intelligence, mademoiselle."

Il s'approche alors de la porte et vient l'ouvrir. Il entre et vient inviter la demoiselle à y entrer.

La salle est très grande, la partie opposée à la porte est une longue verrière menant vers une vue sur l'extérieur. Elle est divisée en deux par un mure de verre possédant un accès l'un vers l'autre. La plus petite partie est celle qui ressemble le plus à un bureau de travail. Le meuble est peu orthodoxe, arrondie et difforme, des dossiers empilés recouvre le tout de manière apocalyptique, un écran de pc couvert de post-it de multiple couleur et griffonné de partout. Il y a quatre fauteuils présent dans cette partie, l'une derrière le bureau à roulette et avec un long dossier, deux en plastiques décorative avec rembourrage pour les fesses et le dos, et une dernière confortable amovible pouvant se pencher en arrière et équipé d'un repose pied assortie. Un Rumikub non terminé trône fièrement sur le radiateur à côté d'une boule de billard n°8 géante, celle que l'on secoue pour avoir une réponse à la question posé à voix haute. Des revues coquins se trouve sans honte en haut des piles de dossier, montrant à quel point l'homme se soucient peu de son travail administrative. L'autre partie fait les deux tiers de l'autre pièce, équipée d'un brancard d'examen ainsi que d'une multitude de meuble contenant ses affaires médicaux, possédant tous des verrous pour éviter de possible vol de produit stupéfiant et d'objet dangereux.

Le médecin vient s’asseoir, mettant sa canne sur le sceau installé pour le ranger quand il se trouve ici et commence à prendre le téléphone, faisant signe a la demoiselle de s’asseoir également sur l'un sièges prévu pour ses interlocuteurs. Il compose un numéro avant de lui adresser la parole.

-"Je vous demande une minute. Asseyez vous et ne prenez pas garde au bordel."

Il laisse un léger silence puis vient parler quand son interlocuteur. Sa main venant prendre sa boite de Vicodine dans sa poche.

-"Oui, infirmière, ici le docteur Marnes. Apportez moi un flacon du vaccin que l'on doit administrez en urgence, j'ai pas réussi à retenir le nom de cette saloperie. Et dîtes au docteur Taraka de me prescrire une nouvelle boite de Vicodine, celle que j'ai ne me ferra que la journée. Et dîtes au chauve de ne plus envoyer des gens directement dans mon bureau, même si je peux y soigner également les gens."

Il raccroche alors le combiné et se tourne vers la demoiselle.

-"Bien, a nous maintenant. Sachez avant tout que vous ne vous êtes pas trompé de lieu d'exament, vu qu'il est bien spécifiquement marqué de vous pointer ici. J'aimerais juste qu'il vous ai pas fait déplacer ici juste pour une piqûre. Quand remonte votre dernier examen médical ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Kurokawa

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 09/07/2013

MessageSujet: Re: Vous comptez vous occuper de moi? [PV: Jasson S. Marne]   Jeu 11 Juil - 6:06

Tout contre le mur du couloir, Misaki prenait un plaisir tranquille à observer l’individu en face d’elle. Individu qui, précisons-le, était bel et bien le Docteur Jasson (et non pas l’homme de ménage), comme l’avait si joliment souligné ce dernier. À ce sujet, la demoiselle ne savait pas comment prendre cette marque de sarcasme. Sans savoir si elle le dérangeait ou s’il était naturellement de marbre avec tout le monde… Peut-être était-il question des deux à la fois. D’ailleurs, cela devenait de plus en plus plausible, compte tenu de sa réaction  au moment de lire le message. Au fond, il n’avait pas vraiment réagit, mais Misaki devinait qu’il stagnait sur le fait de voir son nom clairement indiqué. Savait-il seulement qu’elle se présenterait aujourd’hui? Et s’il s’agissait plutôt d’un canular? Dans tous les cas, il y avait eu un égarement quelque part et ce n’était pas très sérieux venant d’un hôpital... Cette pensée fit sourire la jeune fille d’ironie.

Après quoi l’homme ouvrit la porte et y entra, suivit par Misaki qui attendit plus ou moins qu’on l’invite à entrer à son tour. Le médecin prit la direction de son bureau, tandis que la demoiselle prenait son temps pour observer l’endroit dans ses moindres détails. Immédiatement, elle avait remarqué la paperasse jonchant sur la table. Signe qu’il n’avait pas prévu de recevoir qui que ce soit, à condition bien sûr que le bordel ne soit pas de son quotidien.

D’autre part, l’homme fit signe à Misaki de prendre place. Celle-ci s’exécuta et prit place sur l’un des sièges vacant. Elle terminait de balayer l’espace des yeux pour finalement s’arrêter sur le médecin pianotant sur le combiné. La jeune fille lui retourna un sourire compréhensif lorsqu’il lui demanda de patienter et de ne pas faire attention au désordre.

Cependant, comme il était question d’attendre, la jeune fille -qui n’avait pas l’intention d’attendre les bras croisés cette fois-, s’avança pour attraper un magasine qui traînait au sommet de la pile de documents sans vraiment remarquer son sujet. Elle croisa les jambes, sa pose habituelle, puis ouvrit ledit magasine. Un sourire subit naquit sur ses lèvres lorsqu’elle découvrit le contenu; quel vilain médecin il faisait celui-là. Laisser traîner ça à la portée de ses clients… Il était très attentionné. Ou inconscient. Aussi continua-t-elle à tourner les pages, observant les jolies femmes présentes sur les images.

En même temps, Jasson –de son prénom- commençait une conversation plutôt formelle au téléphone. Il faisait venir un flacon du vaccin (donc l’épidémie n’était pas un mythe, c’était déjà ça) ainsi qu’une boîte de Vicodine. Non inconnu pour la jeune fille qui, toujours en écoutant mine de rien, ne levait pas les yeux de la revue. Elle se demandait tout de même de quoi il pouvait être question. Soit c’était pour sa jambe, soit c’était pour un éventuel client.

Misaki leva les yeux vers son interlocuteur occupé. Il venait de prendre une boîte dans sa poche. Sans doute que c’était pour lui. Sa jambe lui faisait sans doute mal…

La conversation se termina alors qu’il stipulait ne pas vouloir recevoir de personnes directement dans son bureau. Misaki continuait de sourire à force de se sentir visée (comme c’est la principale chose qui lui venait comme réaction), elle était certaine de jouer le rôle de l’indésirable dans une telle situation. Jasson n’était pas très subtil pour faire passer un message. Quoi qu’il en soit, la jeune fille ne se sentait aucunement responsable; on l’avait conviée ici, après tout.

Lorsque l’homme raccrocha pour s’adresser à elle, Misaki releva la tête en fermant la revue qu’elle déposa au sommet de la pile. Là où semblait être sa place. Puis l’homme confirmait sa présence ici (heureusement), mais spécifia qu’il serait fâcheux qu’il aille à la recevoir pour une simple piqûre.  La jeune fille le détailla longuement, loin de prendre la situation avec un sérieux irréprochable. En fait, elle ne savait pas trop quoi lui dire à part qu’on lui avait demandé de venir. Point à la ligne. Il lui demanda à quand datait son dernier examen médical.

- À plus de six ans je dirais… Peut-être même plus… En fait elle ne se souvenait même pas d’avoir passé un examen médical tout court. Elle était déjà allée en clinique une fois ou deux, mais on ne faisait que vérifier sa respiration ou sa pression. Au moins on ne m’a encore jamais conviée pour en passer en tout cas!

Son sourire était confiant. Même qu’elle semblait chercher à faire éclore ne serait-ce qu’un minuscule sourire sur le visage fermé de son interlocuteur. Après tout, ce n’était pas sérieux. Depuis le début, les choses allaient dans un sens incertain. Cependant, Misaki pouvait bien comprendre que le médecin aurait préféré consulter ses revues plutôt que de la recevoir. Quoi qu’elle-même aurait eu les atouts pour figurer sur ces pages… Hm. La demoiselle replaça une mèche de ses cheveux derrière son oreille puis interrogea Jasson des yeux.

- J’imagine que l’épidémie n’est pas si préoccupante que ça, hm? Son sourire frôlait l’ironie, mais demeurait au beau fixe. En tout cas tant qu’à être venue, vous auriez quelque chose à me proposer?

Oui, Misaki parlait comme on parlerait d’une activité. Si on y devinait un sous-entendu, ce n’était pas totalement volontaire. Sans doute était-elle encore marquée –inspirée?- par les pages qu’elle venait de parcourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasson S. Marne

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 32
Localisation : Dans mon bureau

MessageSujet: Re: Vous comptez vous occuper de moi? [PV: Jasson S. Marne]   Lun 15 Juil - 1:20

Jasson regarde ici et là dans les tiroirs de son bureau. Quand on peut voir ce qu'il y a à l’intérieur, on se demande comment cette personne peut travailler. On peut y voir certes des dossiers, des stylos et des blocs notes, mais également bon nombre d'instruments qui ne servent à rien, comme des ballons gonflable, des plumes de poulets et d'autres magazine de nue, sans compter des emballages de nourritures. Il vient alors à chaque coup refermer chaque tiroir d'un coup sec. Il reprend sa canne et se relève, allant voir quelques meuble se trouvant non-loin de là dans le petit bureau, tout en écoutant la réponse de la demoiselle.

Pas depuis six ans ? Il est inutile alors qu'il fasse demander le dossier médical à l'infirmière quand elle viendra, vu que cet établissement a été créé  que depuis deux ans sans reprendre les dossiers des personnes déjà vivant dans l'île. Cela aurait été simple si elle avait apportée son propre carnet de santé mais il ne peut lui en vouloir de ne pas y avoir pensée, même si cela serait obligatoirement notée dans le système de santé l'île. Il est donc obligé de faire un entretien médical complet avant de lui administrer le sérum et faire un suivi pour vérifier qu'elle ne risque pas de souffrir d'allergie ou d'autre effet secondaire non désirable. C'est une chose peu agréable et qui demande souvent du temps pour très bien faire. Enfin, cela tombe bien, car le français ne compte pas non plus se crouler sous le travail pour la journée.

Son regard reste toutefois toujours présent sur le meuble qu'il inspecte avec soin pour apparemment chercher quelque chose. Il déplace les feuille de sa fleur en pot tout en regardant derrière. Il sourit avec amusement quand il trouve enfin un petit sac qui semble contenir des cachets. Il le prend avec douceur et vient alors prendre un des deux cachets et l'observe avec détail. Il s'agit bien de l'une de ses pilules de vicodine. Il en avait laisser quelques unes dans la pièce au cas où il serait en panne de sa médication, même si ce n'est pas vraiment le cas. Mais il compte avant tout terminer ceux-ci avant qu'ils ne soient plus valable en tant que médicament, une petite étiquette griffonnée rapidement indique la date de péremption qui se termine a la fin de la semaine. Il met le cachet face a son visage et lui parle alors comme si c'était une vrai personne.

-"Je sais que tu as peur. Mais je suis plus grand, plus fort, et plus malin que toi."

Il vient alors prendre la médication et le laisse glisser le long de sa gorge. Il la prend par prévention de la mâtiné, il soupir un peu d'aise quand il vient sentir l'effet du médicament démarrer dans son organisme. Il se retourne et regarde a nouveau la patiente. Elle vient demander alors si l’épidémie est si préoccupante. Il lève alors un sourcil d'étonnement avant de venir prendre quelques papier sur son bureau, souriant sur sa dernière phrase.

-"Vos propos peuvent être tendancieux, vous savez ? Mais bon, il faut bien prendre cette journée de la meilleur manière possible avec cette histoire."

Il remarque alors le magazine qu'elle était en train de feuilleter. Il n'aurai jamais pensé qu'une dame pourrait observer ce genre de lecture, d'avantage créé pour les hommes et leurs envies de se détendre le poireau en caressant de leurs yeux le corps nue et ouvert, laissant leurs plastiques et leurs intimités se faire dévorer par les fantasmes d'être n'ayant pas assez de courage pour les aborder en vrai. Il la regarde avec détail peu après et reconnait a nouveau qu'elle a un très beau physique pour le peu qu'il en voit, avec un minois très agréable aussi, quoi que beaucoup trop jeune et "innocente" aux yeux du médecin. Mais cela est simplement la réflexion d'un homme approchant de la quarantaine.

-"Je ne sais pas pour vous, mais le mannequin de la page 27 émoustille toujours. Sur ce, suivez moi à côté"

Il vient alors prendre la direction de la salle d'à côté, faisant signe a la jeune demoiselle de le suivre, ce qu'elle semble faire. Il s'avance doucement en boitant légèrement, prenant appui sur sa canne. Il pose alors les papiers sur un petit bureau amovible. Tout en tirant le meuble amovible avec sa main, il vient ensuite se diriger vers certains meubles et les ouvre en utilisant les clés adaptées. Il prend de multiples outils, dont l’éternel stéthoscope, un marteau à réflexe, des spatules d’examens et des gants pour ce que l'on peut en voir au premiers abord, venant les déposer sur le petit transport avant de retourner à côté du brancard, venant le recouvrir d'une pellicule de papier afin de le protéger de l'usure probable des patients, particulièrement de la patiente, et également pour une raison d'hygiène. Il se tourne alors vers Misaki

-"Nous allons alors vous faire passer un examen médical complet. Ce ne sera pas du luxe et ne vous coûtera pas un rond vu que vous serez couverte par la prise de vaccin. Pour commencer vous allez vous déshabiller et vous mettre en petite tenue. Quitte a bosser, autant que je puisse en avoir pour le plaisir des yeux."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous comptez vous occuper de moi? [PV: Jasson S. Marne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous comptez vous occuper de moi? [PV: Jasson S. Marne]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Engagez-vous, Rengagez-vous, qu'ils disaient...
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» Aimez vous lire ?
» Aimez- vous les frites ? Vous en privez-vous ?
» Si vous ne pleurez pas c'est que vous êtes un monstre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Bureau du Dr. Marne-
Sauter vers: